Vivre dans le moment présent

Jeannette Roy fdls

 En nous établissant dans l’instant présent, nous pouvons voir toutes les beautés et les merveilles qui nous entourent. Nous pouvons être heureux simplement en étant conscients de ce qui est sous nos yeux. – Thich Nhat Hanh

 En effet, vivre dans le moment présent nous permet de savourer plus intensément la vie de tous les jours et de découvrir les merveilles qu’elle nous offre. Un après midi j’ai observé avec amusement un tamia rayé que dans ma famille on appelait « petit suisse ». Il s’affairait à grignoter sa nourriture sur les branches d’une belle épinette. L’observer m’a permis de prendre conscience que, selon un adage anglais, les meilleures choses de la vie nous sont offertes gratuitement si nous savons y être attentifs.

moment-present

Savez-vous que dans le domaine du moment présent nous avons un maître et… c’est l’enfant. Avez-vous déjà observé combien il s’implique à fond dans ce qu’il est à faire? J’ai lu que Bill Gates, le créateur de Microsoft et de Windows, à l’âge de six ans, avait prié sa mère de ne pas le déranger car il était occupé à penser ? Puisse l’adulte que nous sommes ne pas oublier l’enfant que nous avons été et qui savait si bien s’investir dans le présent!

Souvenons-nous que le moment présent est loin de nous isoler de la réalité car il est riche du passé et nous ouvre à l’avenir. Qu’en pensez-vous chers Internautes?

« Celui qui croit au printemps sème toujours en hiver »

(proverbe poitevin)

Dans le livret de Carême 2013(Novalis), l’auteur, Lise Lachance, intitule ainsi  sa réflexion du 18 février : « La foi, d’abord une confiance en la vie ».

Le thème de la confiance  semble d’ailleurs s’imposer ces derniers temps.

Bruno Bélanger, au début d’un article intitulé Confiance*, cite le joli proverbe poitevin : « Celui qui croit au printemps sème toujours en hiver ».  Et, poursuivant sur cette lancée, il ajoute : « La confiance est une condition indispensable à notre épanouissement.  Sans cette confiance envers les autres et envers la vie, il n’y a aucune possibilité de paix ou de bonheur ».

La méditation du 9 février 2013 (Prions en Église)  mentionne que la confiance est indispensable à ceux qui exercent une responsabilité à notre égard. C’est par la confiance que « le dialogue devient possible, personne ne se sentant menacé. Sans cette confiance on creuse des fossés qui peuvent durer longtemps».

«La foi, d’abord une confiance en la vie», nous a dit Lise Lachance. Si nous nous arrêtions aux questions très pertinentes qu’elle  nous propose : « Est-ce que j’ai confiance en la vie?  D’où me vient-elle ?  Sinon, comment me suis-je débrouillé(e)?  Qu’est-ce qui me soutient dans la vie? »

Chers Internautes, à partir de cette brève introduction, un riche échange devient possible entre nous tous et toutes qui fréquentons le Blog de la Sagesse.  La parole est à nous !

Jeannette Roy, fdls

* « Prions en Église » février 2013

L’ATTENTE

« Le plus beau jour, c’était la veille ! »

Cette exclamation, dont je n’ai pas retrouvé l’auteur, symbolise pour moi toute la richesse de vie contenue dans l’attente!

En cette fin d’automne, ne sentons-nous pas aussi la nature en attente?   En attente d’être enjolivée par la première chute de neige –  en attente du repos hivernal qui lui permettra de mieux renaître au printemps – en attente du retour de la gent ailée qui a fuit vers des cieux plus cléments…

Et nous, chers Internautes, combien d’attentes n’avons-nous pas vécues au cours de notre vie?  Cependant, n’est-ce pas avant tout le « pourquoi » de l’attente qui en colore l’atmosphère?  Attente pensive d’une future maman qui s’interroge sur ce petit être qu’elle porte –  attente joyeuse d’une famille qui apprend le retour d’un soldat au pays –  attente sereine d’un couple dont on fêtera le cinquantième de mariage – mais aussi attente anxieuse d’un diagnostic suite à un examen médical – attente patiente de parents devant un jeune qui erre hors du droit chemin…

Suite à cette liste, bien incomplète, je vous invite, chers Internautes, à partager le florilège de vos propres attentes.

Le travail est le sel de la vie. *

Ce proverbe signifie que, tel le sel qui rehausse la saveur des aliments, le travail rehausse la valeur de la vie.   Mais comment le fait-il? Tout d’abord il est source de dignité car on apporte ainsi sa quote-part à la construction de la société. De plus, il favorise l’accomplissement de soi par la mise en œuvre de ses possibilités. Exercé dans un milieu favorable, il stimule également la créativité.  Dignité, accomplissement de soi, créativité ne sont que quelques-uns des multiples aspects positifs du travail.

Mais, il faut être réalistes et constater que toute situation humaine a ses aspects négatifs et le monde du travail n’y échappe guère.  Pour en citer quelques-uns : travail des enfants, exploitation des travailleurs, domination des multinationales, conflits patrons-employés, surcharges causant le stress….

Enfin, il ne faut pas négliger un volet très important du monde du travail qui a été gagné de haute lutte au 19e siècle dans certains milieux : les congés qui permettent le repos, la détente et les loisirs.  Fait intéressant à savoir, ce n’est pas l’époque moderne qui les a inventés.  Au moyen âge, dans une Europe chrétienne, les fêtes religieuses étaient nombreuses (141 selon un enquête historique) et permettaient un arrêt fort apprécié de la besogne journalière.

Cher-e-s Internautes, voilà matière à de nombreux et intéressants échanges … À vous la parole maintenant !

Le travail donne-t-il  de la saveur à la vie ?

*  Th. Fuller dans « Gnomologia, adagies and proverbs » 1732