SERIONS-NOUS INCONSCIENT-E-S ?

Jeannette et Lucille

Si nous regardons de près certaines options de la culture actuelle, et  leurs effets, car il nous faut les voir :  violence, injustice, exclusion, âgisme, surconsommation, hypersexualité … nous pouvons nous interroger sur le niveau de conscience et le  système de valeurs qui y président … À quoi est dû, entre autres, l’évolution d’une culture souvent machiste, encore aujourd’hui?  Saint Louis-Marie de Montfort aurait sans doute parlé de l’influence de «fausses sagesses». Ces options qui, à première vue, peuvent paraître sensées et justes ! Voici quelques-unes de ces fausses sagesses exprimées comme des impératifs dans le langage du 17e siècle : «éviter la singularité», «bien faire ses affaires», «sortir de la poussière», «faire bonne chère», «ne pas engendrer la mélancolie» (ASE 78) …

Photo_nepal_600

Elaine Prevallet, SL, dans son livre : « Au Service de la Vie », affirme: «Dans notre société, nous voyons l’expansion de la violence et de la consommation à outrance, nous voyons la dévaluation et l’abus de la merveilleuse créativité de l’énergie sexuelle.  Alors, nous constatons les conséquences tragiques résultant de l’échec d’être conscients dans ces domaines du pouvoir, de la possession et de la sexualité. Tout être humain se doit de leur apporter une attention particulière. Ils sont, pour toute personne, des problèmes de vie cruciaux car leurs énergies s’expriment, dans chacune de nos vies, en vue de l’amélioration ou de la destruction de la communauté terrienne ».

Nous pourrions peut-être nous aider à approfondir cette réflexion ? …

9 réponses à “SERIONS-NOUS INCONSCIENT-E-S ?

  1. La photo qui accompagne ce billet du «Blog de la Sagesse» touche à l’essentiel de la réflexion soulevée : SERIONS-NOUS INSCONSCIENT-E-S ?
    La peur que plusieurs situations mondiales provoquent directement ou indirectement, chez les enfants, ne reflète-t-elle pas les conséquences d’une inconscience par rapport au respect dû à la valeur sacrée de la VIE ?
    Une citation du Pape François vient expliciter la nécessité impérieuse de cette conscience active par rapport à la valeur unique de la VIE.
    «Aimer la vie c’est toujours prendre soin de l’autre, l’aimer, cultiver et respecter sa dignité transcendante …
    et le Pape continue en encourageant fortement `… <à relancer une nouvelle culture de la vie qui sache instaurer des réseaux de confiance et de réciprocité, qui sache offrir des horizons de paix, de miséricorde et de communion.» Plus loin, il recommandera : »N'ayez pas peur d'entreprendre un dialogue fécond avec le monde de la science, avec tout le monde, même avec ceux qui ne se disent pas croyants mais sont ouverts au mystère de la vie humaine». A. K. (traduction de Zenit, Océane Le Gall)

  2. Serions-nous inconscients ou plutôt avons nous encore une conscience… Cette conscience qui est en quelque sorte la gardienne de la moralité.
    Dans le contexte actuel, le niveau de notre conscience est constamment mis en défi. Le responsable, c’est notre système de valeurs actuelles où matérialisme et individualisme règnent en maîtres. Les exemples de notre inconscience actuelle sont très nombreux.
    À titre d’illustrations, il m’est déjà arrivé, à de multiples reprises, de rencontrer des professionnels de la santé qui n’ont pas fait le devoir de lire préalablement mon dossier médical. Sans doute sont-ils trop occupés pour le faire… Comme résultats, ils passent à côté de certains diagnostiques, recommandent des tests qui ont déjà été effectués, renouvellent des prescriptions de médicaments avec des dosages différents. Je ne crois pas que ces personnes n’ont pas de conscience, elles en ont certainement une mais dans un contexte qui les poussent à l’efficacité et à un rythme de travail effréné, leur niveau de conscience diminue…
    Une autre illustration de notre inconscience est l’exemple suivant : ma tante devait subir une chirurgie mineure dans un hôpital. Le chauffeur qui était chargé de l’amener au bon département s’est rendu compte que le numéro de la salle indiqué sur sa feuille ne correspondait pas à la bonne unité. À la place de chercher le département correspondant, il a tout simplement retourné ma tante à son centre d’hébergement en affirmant qu’elle n’avait pas de rendez-vous cette journée là. Sans doute avait-il d’autres clients qui l’attendaient et ne voulait pas perdre son précieux temps à demander où se trouve cette fameuse unité.
    Un dernier exemple de l’inconscience actuelle est ma fâcheuse tendance à demander qu’on remplisse mon épicerie dans des sacs de plastique et à omettre de prendre le temps de prendre avec moi des sacs recyclables avant d’aller magasiner.
    Pour terminer, je crois que l’individualisme de notre société nous amène à être trop conscients de nos propres besoins et inconscients des besoins des autres.

  3. Cas de conscience
    Voici deux exemples de fausses sagesses du XXI siècle, peut-être en avez-vous d’autres ?
    Premier exemple : « Pas dans ma cour » : Si le problème ne nous concerne pas donc ce n’est pas notre problème. Par exemple : je m’en vais avec ma fille et celle des voisins à un parc proche. Arrivée sur place, je me rends compte que l’enfant de la voisine n’est pas habillée chaudement malgré le fait que le temps est froid. Bien que je sache qu’elle risque d’attraper un rhume, je décide de ne pas retourner à la maison pour lui chercher un chandail, mon enfant lui est habillé chaudement…

    Deuxième exemple : « Chacun pour soi et Dieu pour tous » : Cette citation de « sagesse », je l’ai souvent entendue dans un contexte de compétition. Par exemple : Je suis une étudiante au CEGEP, j’ai travaillé fort pour résoudre un problème de physique et je suis finalement arrivée. Mon camarade de classe lui, il n’y arrive pas et malgré le fait qu’il travaille lui aussi très fort là dessus. Mais je ne l’aide pas, tant-pis, « chacun pour soi et Dieu pour tous »

    Ces deux exemples peuvent paraître anodins quant à leurs possibles répercussions, mais imaginons les répercussions de ces fausses sagesses lorsque nous les appliquons sur une plus grande échelle. Par exemple pour le « Pas dans ma cour » Les pays bien portants peuvent se dire qu’ils n’ont pas à se soucier des autres pays moins nantis qui passent à travers des crises. Ou encore pour le « Chacun pour soi et Dieu pour tous », les pays détenant des connaissances technologiques peuvent refuser aux pays en développement de les faire bénéficier des dernières avancées dans le domaine de la santé et ce, même si ces avancées peuvent sauver des vies

  4. La fausse sagesse a comme effet de nous centrer sur nous-mêmes au lieu de nous tourner vers Dieu et son amour. Lui seul d’ailleurs peut nous aider à nous tourner dans la gratuité vers nos frères et/ou sœurs. Nous entendons ces jours-ci, le Président des États-Unis rappeler à ses concitoyens de sortir de cette peur de la différence, celle de la race, de la couleur, de la religion et de tous ces critères qui peuvent nous inciter au rejet. L’histoire tragique de Charleston illustre malheureusement, les effets de cette peur de l’autre …

    Fausse sagesse, tout ce qui nous donne fausse conscience et nous fait poser des gestes soi-disant en notre faveur et la plupart du temps en défaveur de nos semblables. Ces fausses sagesses sont souvent résumées dans des slogans tels, « On a rien à dire, je pais mon loyer» ou encore : «La fin justifie les moyens» etc. et que de dires qui justifient des choix qui peuvent être néfastes pour l’entourage et pour les semblables … et admettons-le, pour nous-mêmes, à plus d’un niveau.

    Sommes-nous devenu-e-s inconscient-e-s ?

  5. Nous ne pouvons pas servir deux Maîtres, soit Dieu et l’argent, D’où l’inconscience qui sévit actuellement. Pour servir Dieu, soit la voix de la conscience, il faut tout laisser derrière soi.
    Or combien parmi nous sont-ils prêts à faire ce choix ?
    Combien parmi nous sont –ils prêts à défendre un plus faible que soi au risque de déplaire à la majorité ? Combien d’entre nous sont-ils prêts à sacrifier leurs possessions et leurs avoirs pour le bien commun ?
    La réponse est : très peu de personnes.
    Même la majorité des « élites » de notre société n’entreprennent aucune action aussi noble soit-elle qu’uniquement si elle leur est économiquement rentable.
    Ce qui me fait penser qu’en plus des fausses sagesses, il y a également une fausse élite qui ne possède une conscience qu’en apparence et qui n’est point au service de l’Humain. Avoir une conscience c’est passer les intérêts de l’Humain avant toute chose.
    Où en sommes-nous actuellement dans ce domaine ? Privilégions-nous vraiment l’intérêt de la Personne avant l’intérêt économique ou encore avant celui de sa petite personne?

  6. Vraies sagesses, fausses sagesses …
    Denise dans le dernier commentaire de ce Blog fait ressortir comment l’individualisme et le souci économique priorisé dans la culture actuelle peut rendre inconscient-e-s les personnes.
    Nous sommes devenues inconscient-e-s des conséquences graves de ces choix de vie pour lesquelles nous trouvons mille et uns échappatoires. «Il faut bien vivre !», « À chacun sa vie », «Il faut bien que je fasse ma vie!» … «J’ai trop de travail pour aller voir les parents.» etc. Nous n’avons qu’à regarder la tenue de plusieurs CHSLD et de beaucoup de Centres de Soins semblables qui accueillent nos aîné-e-s malades et avancées en âge. Quelle plaie !
    «La médecine a fait des progrès mais la culture du déchet a provoqué une crise anthropologique : ce n’est plus l’homme qui est au centre des actions mais la consommation et les intérêts économiques.» déclare le Pape François (Radio Vatican : «François dénonce le péché social de la mise à l’écart des plus faibles… 2015-06-23»)

  7. L’immense problème écologique auquel nous sommes confrontés actuellement sur notre Planète, nous fait remettre en question notre degré de conscience réelle par rapport à nos choix de vie. Cela fait certainement mal d’entendre le Pape François nous poser la question : Sommes-nous en train de nous organiser «en vue de l’amélioration ou de la destruction de la communauté terrienne » ? Devant cette interpellation, dépasserons-nous le plan des émotions pour passer à l’action ?
    Combien de temps cela a-t-il pris avant qu’un minimum d’entente se fasse autour de la question des gaz à effets de serre ? Pendant que des générations d’êtres humains sont gravement menacées dans leur santé, sans parler du mal immense occasionné à la Terre elle-même, les gouvernements calculent les pertes économiques que des décisions honnêtes entraîneraient, les yeux durement fermés sur les incalculables pertes au plan de la qualité de vie !
    Que l’Esprit de Sagesse touche nos cœurs, nous rende solidaires les un-e-s des autres, nous amène à un niveau de conscience apte à juger sainement la réalité qui nous entoure et à poser les gestes en conséquence, chacun, chacune, dans notre sphère d’engagement.

  8. Chers Internautes,
    J’ai reçu ces jours-ci un diaporama intitulé « La maison du peuple » qui nous présentait une luxueuse demeure avec force détails. Suivait une série de questions qui nous interpellaient: À qui appartient cette demeure? À Louis XlV? À un milliardaire américain? À un Prince ou un Émir du Golfe Persique ? La réponse nous laisse sans voix: À Robert Mugabe, Président du Zimbabwe dont le peuple meurt de faim et manque de soins et de médicaments pendant que lui et sa famille vivent dans l’opulence.
    Oui, de façon outrageuse, cette luxueuse maison a été bâtie par l’argent du Peuple. Dû à des élections truquées, Robert Mugave est toujours Président du pays. Présentement, il a été mis au ban d’institutions internationales dont l’ONU et certains gouvernements. Mais lui et sa famille persistent dans leur maladive attitude démontrant une totale inconscience de la triste situation du pays. Comment expliquer ce fait sinon par une véritable perversion de leur conscience qui nie les droits des autres et rend aveugle à leurs besoins les plus légitimes?

    Mais nous, à un degré infiniment moindre je l’espère, reconnaissons-nous les droits d’autrui dans les faits? Dans notre vie quotidienne, savons-nous apprécier ce que font de bien les personnes que nous côtoyons? Profitons-nous de la moindre occasion pour le souligner et encourager ainsi ceux et celles qui, souvent dans l’ombre et parfois par de simples gestes, travaillent à rendre meilleur le monde dans lequel nous vivons? Chers Internautes, je vous partage ces questions que je me pose d’ailleurs tout d’abord à moi-même.

  9. «Éveille-toi, ô toi qui dors …!» (Éphésiens 5,4)

    Pour une bonne maturité humaine personnelle et sociale, nous devons nous efforcer de vivre avec une conscience éveillée. Du moins, le plus qu’il est possible pour les humains que nous sommes. En effet, les émotions, la peur, les blessures de tous ordres, et … bien sûr, l’ignorance, l’influence de «tendances» variées et variables, tout cela influence notre degré de conscience véritable.

    La Parole : «Éveille-toi, ô toi qui dors …!» (Éphésiens 5,4) m’apparaît remplie de SENS, de sagesse … Un jour, pour nous tous et toutes, Jésus a secoué pour de bon les torpeurs de ce sommeil qui engourdit, rend sourd-e-s et indifférent-e-s, moins vivant-e-s. Comme chrétien-ne, j’ai accès à cette vie «éveillée» offerte dans la résurrection de Jésus. En Lui, il m’est offert de vivre dans la Lumière, l’Amour et la Vérité. Mon CHOIX pour cette Vie en plénitude me tire du «sommeil», de l’inconscience dans laquelle l’humain risque toujours de glisser. C’est une pente douce, aisée et glissante aussi. Une saine conscientisation jour après jour a bien sûr, ses exigences. Il nous faut ne pas craindre de VOIR ET NOMMER, sans complaisance, ce qui bloque lumière et vérité chez-nous : le «chacun-pour-soi», tentation d’être soi-même sans tenir compte des autres, le mérite personnel, l’avancement à tout prix, finalement tout ce qui favorise le «paraître» plus que l’ÊTRE … «Éveille-toi, ô toi qui dors ! … » Avec Christ Jésus je suis convié-e à vivre dans une grande Lumière, celle d’une vie tournée vers l’Autre et les autres ! C’est une condition importante pour devenir de plus en plus conscient-e et d’y ajuster ma vie.

Les commentaires sont clos.