Où la Beauté loge-t-elle

OÙ LA BEAUTÉ LOGE-T-ELLE ?

Il y a une chanson de Vigneault qui dit bellement : « Je demeure où l’amour loge …» Le poète nous révèle avec des images et des mots attendrissants que cette demeure privilégiée, c’est le cœur humain.

En est-il de même pour la BEAUTÉ ? Il est grand temps que nous le sachions !

S’il y a une préoccupation qui habite la société actuelle, c’est celle de la beauté. La beauté à tout prix ! Au prix de la santé, de la vie même. Après le suicide d’un jeune homme à cause de l’absorption abondante de stéroïdes, le psychologue Bruno Ouellet affirme : « Ça parle beaucoup des valeurs sociales dans notre société d’images. On a une attitude dopante». Pour les jeunes filles, et maintenant tout autant pour les jeunes garçons, l’image corporelle prime. Tout ce qui est «glamour» est présenté sous l’étiquette «beauté».  Le marché s’est organisé en conséquence : injections hors prix au cours de soirées privées, accès facile aux stéroïdes rapides et populaires, etc. «Inquiétant et désespérant» dit la chroniqueuse, Marie-Claude Lortie.

OÙ LA BEAUTÉ LOGE-T-ELLE ? Faut-il bouder l’esthétique ?

«La beauté sauvera le monde» a dit le grand Dostoïevski. De quelle beauté s’agit-il ?

L’illustration qui accompagne ce Billet pourrait peut-être, entre autres, nous inspirer … Bienvenue aux Internautes qui voudront bien partager leur réflexion.

21 réponses à “Où la Beauté loge-t-elle

  1. Je dis : la pièce de théâtre que je viens de voir est BELLE, ce livre de Marc Levi est BEAU, cet édifice maison est BEAU, cette peinture de Degas est BELLE, le Boléro de Ravel est Beau, je dis aussi c’est une BELLE parole, un beau chant … etc. etc.
    Où la beauté loge-t-elle ? De quoi nous parle-t-elle ? Que nous fait-elle vivre ?
    Intéressant n’est-ce pas ? On a souvent dit que «des goûts et des couleurs, on ne discute pas»! Est-ce à dire que le sujet de la «beauté» est indiscutable ? Je ne crois pas.
    C’est comme si la beauté existait en elle-même … Bien sûr, il y a une question de goût, de formation, d’expérience qui certainement influencent le regard, l’appréciation. Cependant, lorsque la Maison Symphonique de Montréal regroupe 2,100 auditeurs et auditrices pour la Quintette de Beethoven, piano et vents, les goûts et les couleurs … et l’harmonie entrent en communion ! En quelque part !
    Où la beauté loge-t-elle ? Vers quoi nous convie-t-elle ? Que soulève-t-elle en nous, êtres humains ?

  2. Où la beauté se loge-t-elle ?
    Je ne sais, mais ce que je sais c’est qu’elle donne beaucoup de bonheur à ceux et celles qui savent encore s’émerveiller. La beauté est liée à la douceur de vivre, elle est cette lumière qui éclaire nos yeux d’enfants à jamais immortalisés. La beauté nous élève et nous aide à marcher vers la Lumière.
    Merci Lucille

  3. Merci à toi Josiane pour ton commentaire éclairant !

    Ce matin j’ai posé longuement les yeux sur la peinture qui illustre la thématique actuelle du Blog …

    D’abord je veux dire que cette peinture d’Andrew Wyeth m’a fascinée dès le premier regard. JE LA TROUVE BELLE !
    Premìèrement mes yeux sont attirés par les couleurs chaudes et la grande simplicité du sujet. Je suis ensuite intriguée par le mystère qui l’habite et par ailleurs, si proche de la vie par son réalisme.

    Cette peinture a une précision photographique. Elle saisit la vie dans toute sa vérité. L’historique de la peinture nous révèle que la femme qui rampe vers la maison souffre des conséquences d’une polio. La partie inférieure de son corps est en détérioration musculaire … Il faut cependant beaucoup d’observation pour constater les dégâts de la maladie :la diformité et l’amaigrissement du bras droit sur lequel repose le corps de la femme. Elle rampe littéralement vers son objectif …

    Où la beauté loge-t-elle ? Sans doute dans le courage, la détermination de cette femme pour atteindre son but.Le tragique et la souffrance ne sont pas contraires à la beauté … Je dirais plutôt que la vérité et la simplicité contribuent à la beauté d’une vie, d’une geste. Les couleurs et la précision de cette peinture nous touchent, la beauté en jaillit. Mais la beauté jaillit aussi du mystère, de la détermination, de la décision de la femme de demeurer en mouvement.

  4. Quel beau et vaste sujet que celui de la beauté! Je me souviens d’une maxime, lue il y a longtemps déjà: « La moitié de la beauté est dans les yeux de celui (ou de celle) qui regarde! »

    Se pourrait-il que nos émotions positives ou négatives jouent dans la perception que nous avons du monde qui nous entoure? Pas plus tard qu’hier une personne, avec qui je conversais m’a dit que, tout en ne partageant pas les affirmations actuelles d’Ahmadinejab, Président d’Iran, elle le trouvait « beau ». Ma réaction spontanée a été de lui répondre: « Ah, non! » Comme j’ai été expulsée de ce pays en avril 1987 après presque 14 ans de présence infirmière,se pourrait-il que mes émotions viennent influencer le regard que je porte sur lui?

    Par contre n’avons-nous pas tous et toutes fait l’agréable expérience de nous sentir beaux ou belles devant le regard affectueux de nos proches ou de personnes qui nous appréciaient? Qu’en pensez-vous, chers et chères Internautes?

  5. Chers Internautes, j’aimerais vous offrir de nouveau une citation qui se rapporte à la beauté. Je l’ai lue adolescente dans la merveilleuse parabole de Saint-Exupéry intitulée « Le petit Prince »: « On ne voit bien qu’avec le coeur ». Cette citation appuie ma précédente réflexion mentionnant qu’on se sent beau ou belle sous le regard de ceux qui nous aiment.

    Dans sa présentation du thème, Lucille nous parle lucidement de la recherche, je dirais presque frénétique, de la beauté dans notre monde actuel. Et pourtant ses critères ne varient-ils pas selon les cultures? Lors de mon séjour en Iran ceux de la beauté féminine se résumaient à trois: topol, qèrmez, séfid. En voici la traduction: grassette, rouge et blanche (ces deux derniers adjectifs se rapportant au teint). Dans une autre culture, les Français, toujours galants, n’écrivent pas « taille forte » pour certains articles vestimentaires mais « taille épanouie »! Comme quoi il y a plusieurs façons de décrire une même réalité! Loin de moi l’idée de faire l’apologie de l’obésité. Mon but est simplement de signaler certaines dérives devant un désir exagéré de la minceur.

    Je me souviens qu’une jeune fille de ma connaissance me disait de son nouvel ami: « Il est beau en dedans! » Signe qu’elle savait dépasser la beauté physique pour découvrir celle qui résiste au temps et aux intempéries! Qu’en pensez-vous, chers Internautes?

  6. «On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux …» Jeannette nous rappelait cette célèbre citation du Petit Prince de St-Exupéry. Et quelle vérité !

    Souvent, plus que les traits, les formes physiques en général, c’est le geste qui parle de beauté. Puisque, nous dit le chroniqueur Stéphane Laporte, la pose de la «star« peut être très figée et très froide.
    «Quand elles allaitent, toutes les mères sont des stars. Des soleils qui réchauffent un petit être humain. C’est un moment bien spécial, qui fait sourire tendrement celui qui a la chance de le voir.» Stéphane Laporte http://blogues.lapresse.ca/laporte/2012/10/06/photo-trop-froide-pour-un-geste-si-chaleureux/

    Malala, la jeune Pakistanaise qui pose des gestes héroïques en faveur de la liberté féminine, de son droit indéniable à l’éducation est belle dans ses gestes. http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/agnes-gruda/201210/10/01-4582086-le-courage-de-malala.php

    La jeune femme musulmane qui m’est venue fort gentiment en aide pour téléphoner dans une bouche de métro, m’est apparue très belle dans son geste spontané. Ne me demandez pas pourtant comment étaient ses traits. Je serais passablement embêté de vous le dire !

    La beauté s’inscrit dans la bonté, dans la justice, dans le respect de la liberté chez nos semblables.
    Elle loge dans le cœur humain. À nous de la laisser jaillir !

  7. La guetteur parle de faire jaillir la beauté logée dans le cœur et il a bien raison car à quoi peut-elle servir la beauté si elle demeure cachée dans l’obscurité?

    La beauté a besoin de lumière pour exister sinon elle ne pourra pas être appréciée par les êtres vivants. Ainsi toute belle chose, tout beau concept est entouré par de la lumière et/ou est porteur de lumière. Donc, la Beauté loge dans la lumière.

  8. Je me souviens, dans un autobus de Montréal, de la réaction spontanée d’une enfant québécoise devant une fillette de couleur. Celle-ci, joliment coiffée était ravissante dans sa mignonne robe jaune pâle. Elles avaient toutes deux à peu près le même âge (entre huit et dix ans). La petite québecoise se leva pour venir s’asseoir près d’elle. Elle la regarda de la tête au pieds et lui dit simplement à deux reprises: « Tu es belle! » Puis, prenant les passagers à témoin, elle reprit avec conviction: « Elle est belle! » Vous auriez dû voir le sourire de fierté de la maman de voir apprécier si ingénument la beauté de sa fillette mise en valeur par sa toilette de bon goût.

    Quelle belle leçon nous donne parfois les enfants, car ils sont à l’âge où leur regard n’a pas encore été entaché par les préjugés. Est-ce à dire qu’il faut avoir le regard pur pour bien apprécier la beauté?

    Lors de mon séjour en Iran,où j’ai vécu la révolution et l’instauration du régime actuel, j’avais demandé à un responsable du Ministère de l’Information (dont dépendaient les étrangers) pourquoi il ne pouvait voir mes cheveux puisque, après la révolution, tout le monde se donnait à qui mieux mieux le titre de « Frère » et « Soeur ». J’étais d’ailleurs bien d’accord avec cette appellation puisque, depuis les débuts du christianisme, elle est employée couramment dans notre liturgie. Il se lança alors dans une explication qui, à mon avis, relevait plutôt de la magie. Il m’a dit que les cheveux de la femme dégagaient une électricité qui faisait que les hommes tombaient amoureux d’elle en les voyant. Puis, il me posa à son tour une question: « Que dit Jésus de la sexualité? » – Ma réponse n’était sans doute pas une citation mot à mot mais reflétait, j’en suis persuadée,ce que Jésus pensait : « Quand ton regard est pur, tout ton corps est dans la lumière »!

    La parole est maintenant à vous, Chers Internautes.

  9. Je reviens à mon commentaire précédent à savoir que la beauté et la lumière sont deux concepts indissociables.
    Pour pouvoir apercevoir la beauté il faudra que l’éclairage qui l’entoure soit adéquat. En effet, si ce dernier est trop fort, l’aveuglement pourra s’en suivre et c’est ainsi qu’on peut être éblouie par les fausses apparences. De même si l’éclairage est insuffisant, difficile pour nous de percevoir la beauté à moins de vouloir la trouver.
    Ainsi, lumière et beauté doivent s’harmoniser ensemble afin qu’on puisse apprécier la Beauté à sa juste valeur .

  10. J’ai lu avec intérêt le commentaire de Flore liant étroitement beauté et lumière. Je me permets cependant de mentionner que cette beauté nous l’apprécions non seulement par la vue mais aussi par nos cinq sens. Ainsi, le non-voyant peut par l’audition savourer la beauté de la musique, découvrir grâce au toucher et à l’odorat la splendeur d’une rose… Je trouve merveilleux de constater que, lorsque l’un de nos sens est déficient de naissance ou le devient par la suite, les autres prennent la relève pour nous permettre de découvrir la splendeur de notre univers.

    Et vous, chers Internautes, avez-vous des expériences à nous partager sur la complémentarité de nos sens devant la beauté?

  11. « Et Dieu vit que cela était bon/beau », le mot hébreu «tov» signifiant à la fois bon et beau. Bonté et Beauté sont donc synonymes.

    Voici deux courtes réflexions qui rejoignent les commentaires qui ont précédé …

    «Le beau, ce n’est pas l’esthétique. C’est l’humain. C’est un chemin de lumière. Je me demande si le beau n’est pas le chemin par excellence pour trouver Dieu.» Mgr Danneels

    «Si nous accueillons profondément, nous accueillons, non seulement la personne du frère, mais aussi la forme de la pierre, le crépitement de la flamme, le fracas du tonnerre, le souffle du vent, le bruit et le battement de la pluie, la palpitation de la goutte de rosée, le chant des oiseaux ; nous réussissons alors à pénétrer dans l’infinie simplicité de l’existence, nous nous dépouillons des superstructures inutiles, nous retrouvons notre être le plus authentique.» Sœur Maria Pia Giudici
    La BEAUTÉ est au coeur de la vie, au coeur «de notre être authentique». Partout où il y a Vérité et Bonté, il y a la BEAUTÉ.

  12. «Mon Dieu, tu es beau, tu es grand … Tu es le Dieu d’amour.» Patrick Richard

    En contemplant les merveilles infinies de la création, nos yeux s’ouvrent sur la beauté unique de notre Dieu. Beauté d’où découle toute beauté. Il faut être croyant-e me direz-vous pour affirmer cela … Sans doute, mais …
    Par ailleurs, comme le dit Mgr Daneels, je crois, un des chemins que Dieu emprunte pour toucher le cœur humain et l’inviter à croire en Lui, c’est celui de la beauté …

    Je me souviens le jour où je me suis retrouvée pour la première fois aux pieds des Montagnes Rocheuses dans l’ouest canadien. Je suis demeurée absolument renversée, souffle coupé ! Si je ne n’avais pas cru en Dieu, je me serais certainement posé la question : «Qui est l’auteur d’une merveille semblable ?» Et ce n’est qu’une parmi des milliards d’autres beautés naturelles !

    Cette beauté qui touche et charme tant jusqu’à nous mettre en communion avec son Auteur, ne la vivons-nous pas aussi lorsque tout-à-coup, après de multiples difficultés, la lumière et la paix descendent en nous. On dirait alors que Dieu nous prend dans ses bras, nous calme et nous dit : «Regarde comme tu as grandi dans cette lutte … mon amour ne t’a jamais lâché-e !» Quelle beauté surgit alors dans tout l’intérieur, beauté faite de lumière, de paix et d’amour !

    La beauté c’est l’harmonie, c’est cet espace qui, comme un grand poumon, nous invite à inspirer, respirer et expirer dans la joie, l’abandon, la confiance. Seul notre Dieu créateur peut avoir déposé en nous la soif de cette beauté, grande parente du Vrai et du Bien. Seul notre Dieu peut combler cette soif infinie puisqu’il en est la Source.

    MON DIEU, TU ES BEAU, TU ES GRAND ! TU ES LE DIEU D’AMOUR !

  13. Ces jours-ci, je vois de ma fenêtre des feuilles de toutes couleurs qui tombent à qui mieux mieux. La chute de l’une d’elle m’a particulièrement frappée: doucement elle virevoltait dans les coulisses du vent dans une aérienne descente.

    En la contemplant, j’ai compris qu’ayant terminé sa tâche elle se retirait « en beauté ». Nul doute,qu’avec ses nombreuses compagnes, elle enrichira le sol sur lequel elle s’est doucement posée. Quelle belle leçon de vie!

    Je me suis alors souvenue des fois où les circonstances m’ont demandé de quitter des gens et des endroits que j’aimais. Je ne sais pas si je l’ai fait avec autant de grâce que cette jolie feuille, mais je sais que d’avoir connu ces personnes et ces lieux a enrichi ma vie. Espérons que mon passage, bref ou long, a pu aussi enrichir la leur!

  14. Très touchant le commentaire qui précède. Touchant et éclairant ! La farandole de beauté telle que décrite par Jeannette, nous enseigne profondément. Merci à toi, Jeannette.

    La magnifique prière qui suit est mise dans la bouche de Sainte Kateri, sainte mohawk …
    «Fais-moi marcher dans la beauté…»
    Pour marcher dans la beauté, dans la clarté, nous avons besoin d’être enseignés par le Grand Esprit, que nous appelons SAGESSE, comme disciples de Montfort et de Louise Trichet …

    Voici la prière :

    «Ô Grand Esprit, dont la voix parle dans le vent et qui donne vie au monde entier par ton souffle…
    Écoute-moi ! Je suis petite et faible ! J’ai besoin de ta force et de ta sagesse !

    Fais-moi marcher dans la beauté, et que mes yeux contemplent toujours le soleil couchant.
    Fais que mes mains respectent les choses que Tu as faites et aiguise mon ouïe pour entendre ta voix.
    Rends-moi sage pour comprendre les choses que Tu as enseignées à mon peuple.
    Enseigne-moi les leçons que Tu as cachées sous chaque feuille et sous chaque caillou.

    Je cherche la force, non pour être supérieure à ma soeur ou à mon frère,
    mais pour combattre mon plus grand ennemi… qui est moi-même.

    Rends-moi toujours prête à venir vers Toi avec des mains propres et le regard droit, et quand la vie s’éteindra, comme un soleil qui se couche, que mon esprit monte vers Toi sans honte.
    Amen.»

    Que Sainte Kateri nous aide à être des humain-e-s qui se laissent enseigner par cette Présence amoureuse de l’Esprit parmi nous et au coeur de l’univers.

  15. Merci Lucille d’avoir partagé avec nous et ainsi mis en lumière cette magnifique prière.

    À la lecture des commentaires précédents, je réalise que la Beauté se trouve entre autres dans ce qui est créé tel un tableau d’art, un livre, une feuille d’arbre etc. Or derrière toute création, il y a un créateur et dans tout créateur il y a vie, donc la Beauté loge là où il y a Vie. Peut-être est-ce pour cette raison que le grand Dostoïevski affirme que « la Beauté sauvera le monde»?

  16. Beauté et Laideur.
    La Beauté peut loger là où il y a Laideur; on n’a qu’à penser à la présence de centres humanitaires dans des bidonvilles qui aident les gens aux prises avec diverses difficultés; « fleur sur un cactus » dit une citation déjà lue sur ce blog.
    Par contre, bien que ces deux derniers antagonistes peuvent se côtoyer, il ne peuvent pas se mélanger surtout s’ils se trouvent à l’intérieure même de l’humain. En effet, ce qui est Beau est Beau et ce qui est Laid est Laid : nous ne pouvons pas être, dans une même circonstance, avare et généreux à la fois ou encore modeste et orgueilleux et ce, même si nos belles qualités côtoient nos défauts. Par ailleurs, l’espace alloué à la Beauté intérieure s’agrandie lorsqu’une qualité s’additionne à une autre qualité. Par contre, lorsque laideur intérieure s’additionne à Beauté intérieure, celle-ci se dilue et peut même finir par ne plus paraître car comme le dit si bien le proverbe « lorsque le bon vin est trop dilué, il fini par goûter la piquette »
    Ceci étant dit, je crois que dans chaque être humain réside un diamant brute qui, lorsque délogé de ses impuretés, devient encore plus beau et plus brillant. Ainsi, je me plais à imaginer l’humain comme un maître jardinier s’efforçant à arracher les mauvaises herbes de son jardin intérieur afin que ce dernier s’embellisse ou encore comme un diamant qui se laisse façonner par les mains de Dieu pourque tout son être puisse s’enrichir et baigner dans la lumière et dans la beauté tel un diamant pure.

  17. Très touchante la réflexion de Flore dans le commentaire précédent ! Je retiens que le diamant ne peut pas être à la fois faux et vrai … La beauté a quelquechose à faire avec la vérité alors ! Merci à Flore … J’avais préparé la réflexion qui suit avant d’avoir lu la réflexion de Flore. Assez étonnant la rencontre des idées, parfois.

    Vous arrive-t-il face à un geste gratuit et généreux de dire : C’EST BEAU !

    Le Club des Petits Déjeuners, fondé en 2005, permettent à 1600 enfants de prendre un bon déjeuner quotidiennement, en bonne compagnie.
    C’EST BEAU !

    Le Club des petits déjeuners permettent à ces enfants de vivre une expérience communautaire positive tout en favorisant chez-eux un bon apprentissage scolaire ….
    C’est très BEAU !

    D’autant plus BEAU que ce projet humanitaire existe grâce à un bénévolat magistralement orchestré. Si bien orchestré que TOUS les sous amassés pour la cause se transforment en aliments sains dans les assiettes des jeunes … C’EST TRÈS BEAU !

    La beauté loge donc dans ce qui touche le cœur et suscite l’admiration. Dans ce qui est BON et BIEN.
    C’est Jacques Salomé qui affirme : «La beauté reconnue, rencontrée, apprivoisée, nous rend définitivement bon.»

    Puissions-nous donc conserver la faculté de l’émerveillement qui a un double effet : accueillir dans la joie ce qui est beau et grâce à cela, devenir BON, BONNE !

  18. De ma fenêtre, d’où j’avais admiré le magnifique feuillage automnal, je ne voyais aujourd’hui que des arbres dénudés et un ciel gris. Et soudain j’ai découvert que ce dépouillement me laissait voir d’autres beautés. En effet, il y avait tout près un pin aux branches verdoyantes que m’avait un peu caché la splendeur des érables. De plus, ce dénudement me permettait de suivre davantage le vol gracieux des pigeons qui hivernent chez nous, le jeu des nuages et les flamboyants couchers de soleil.

    Et c’est ainsi que j’ai apprécié d’autres beautés que la nature nous offre au cours des saisons. Qu’en pensez-vous, chers Internautes?

  19. Dans le commentaire précédent, Jeannette a réussi à entrevoir de la beauté là où le dénuement prime, c’est sans doute parce qu’elle a pris le temps de contempler le paysage et aussi parce que ses yeux , son cœur et son esprit étaient disposés et prêts à accueillir toute forme de beauté présente et ce, même si celle-ci était peu apparente et moins évidente à trouver. Peut-être nous aussi, qui sommes souvent pris par le tourbillon de la vie, devrions nous nous arrêter un peu pour respirer et apprécier la Beauté des choses qui nous entourent?

  20. L’automne n’a pas encore fini sa course. C’est pourquoi je viens vous partager ce très beau poème d’un auteur inconnu dans lequel il est parlé de beauté. Il est intitulé « Prière d’automne » et il faut le lire lentement pour mieux le savourer:

    Lentement, l’arbre a célébré le sacrement du Lâcher Prise
    Premièrement, il a abandonné le Vert
    ensuite l’Oranger, le Jaune et le Rouge
    finalement, il laissa partir le Brun.
    Se dépouillant de sa dernière feuille,
    il était debout, vide et silencieux, mis à nu.
    Debout contre le ciel d’hiver
    il commença sa vigile de confiance.

    Laissant partir sa dernière feuille,
    il la regarda voltiger jusque sur le sol.
    Il se tenait en silence
    vêtu de la couleur du vide,
    ses branches se demandant
    « Comment donner de l’ombre, avec si peu? »

    Et alors, le sacrement de l’attente commença.
    Le lever du soleil et son coucher veillaient avec tendresse,
    l’habillant de silhouettes
    ils gardaient son espoir vivant.
    Ils l’aidaient à comprendre que
    sa vulnérabilité, sa dépendance et son dénuement,
    son vide, sa disposition à recevoir
    lui donnait une nouvelle beauté.
    Chaque matin et chaque soir,
    ils se tenaient debout en silence
    et célébraient ensemble
    le sacrement de l’attente!

  21. Le poème présenté par Jeannette nous apprend entre autres que la beauté réside non pas dans ce qu’on fait mais dans ce qu’on est. Il a fallu à l’arbre de passer par bien de saisons pour assimiler ce principe. Encore aujourd’hui, notre société moderne valorise souvent la personne dans ce qu’elle fait sans doute parce que le pouvoir attire. Cette sous-valorisation de l’humain dans ce qu’il est entraine graduellement un appauvrissement de la définition de la Beauté humaine. Celle-ci est désormais axée sur la Beauté physique. Bien qu’on ne peut pas nier que la beauté extérieure compte quand même parmi les qualités qu’un humain puisse posséder et qu’il est très important de prendre soin de son extérieur et de l’entretenir tel un temple sacré, lorsque la beauté de la personne est uniquement canalisée sur l’apparence physique, l’humain est relégué au même rang qu’un objet de consommation qui doit être entretenu pour garder sa valeur. Une telle vision réductrice que la Société de surconsommation porte sur l’humain pourra expliquer cette obsession de la beauté extérieure à tout prix. Celle-ci cacherait une peur du rejet, de la dévalorisation et un désir profond de se faire aimer; une peur d’ailleurs tout à fait justifiée dans le contexte actuel et un désir tout à fait légitime.

Les commentaires sont clos.