UN VŒU POUR LE NOUVEL AN

Lucille Deschênes  fdls

«Nous tenons souvent la vie pour acquise, comme allant de soi. Or la vie est un cadeau merveilleux. Pour la personne croyante qui reconnaît Dieu comme créateur de toutes choses, la vie est un don, un don quotidiennement renouvelé grâce à la bonté et à la générosité de Dieu.
Apprendre à vivre c’est apprendre à se recevoir soi-même comme une générosité divine … » André Beauchamp …  N’est-ce pas le premier mot du Nouvel An ?

Aujourd’hui est déposé entre notre mains, le temps tout neuf d’une Nouvelle Année …  Pourquoi ne pas entrer dans ce Temps comme on entrerait dans un espace de bénédiction, de promesse de vie, de joie, de paix ? Notre foi qui considère la «naissance de Jésus, comme la  naissance de la paix» (St Léon le Grand) nous permet d’ouvrir très large nos cœurs à la compassion, à la confiance et à l’engagement.

Bernard Feillet dans son livre «L’ERRANCE» affirme : «Comme attitude de maturité, je préfère la passion d’exister, car elle n’accepte pas que le dernier mot soit dit. Il reste encore tant à découvrir, tant d’êtres à rencontrer, tant d’émotions et de présence à partager. Il ne faut rien manquer du monde qui s’enfante sous nos yeux, y trouver sa part, y tenir sa place : une petite place nécessaire.»porte ouverte

Mon grand vœu pour l’An de grâces 2012 : que la violence recule dans notre monde ! N’est-ce pas la cause qui a conduit les moines  de Tibhirine  au bout de leur DON ? Le moteur de leur héroïsme a cependant été CHRIST JÉSUS ET SON AMOUR …  Dans son Journal, le Frère Christophe écrit que la source de toute autorité est l’AMOUR DONT NOUS SOMMES AIMÉ-E-S. Et il supplie : « Jésus, guéris-moi de la violence tapie en moi : la bête. Humanise-moi selon tes Béatitudes. »

Au nom de l’humanité entière pourquoi ne pas supplier à notre tour ?

18 réponses à “UN VŒU POUR LE NOUVEL AN

  1. «Je crois à un ordre citoyen, je crois à l’extension, à la grandeur de la planète, des principes de liberté et d’égalité, je crois même qu’un jour, les animaux aussi vivront dans un monde meilleur. Voilà, c’est dit: je crois à un monde meilleur qui n’arrivera pas par une révolution, pas par un [grand soir], on ne verra pas la chose se produire en direct à la télévision, et cela n’arrivera pas en 2012 ni en 2020, cela arrive en ce moment même, imperceptiblement, inéluctablement,»
    Dans sa chronique du 2 janvier 2012, monsieur Pierre Foglia a parlé ainsi ! Quel acte d’espérance !
    Il est venu me dire que la violence recule actuellement sur la Planète … J’ai été profondément touchée — j’espère que je n’attristerai pas l’auteur de la chronique, parce que mon coeur se gonfle !! Non, monsieur … ce n’est pas mon coeur qui se gonfle mais ma foi et mon espérance.
    Plus j’y croirai, plus je rends ce miracle possible.
    AUJOURD’HUI DIEU AIME L’HUMANITÉ, AUJOURD’HUI IL EST AVEC NOUS, AUJOURD’HUI IL CRÉE AVEC NOUS, AUJOURD’HUI IL ÉCRIT DROIT AVEC NOS LIGNES BRISÉES, AUJOURD’HUI IL AVANCE AVEC NOUS !
    Merci monsieur Foglia !

  2. J’appuie le voeu formulé dans le commentaire précédent.

    La violence d’ailleurs dont parle Lucille ne touche pas uniquement l’être humain. Cette violence touche aussi tout l’univers dont notre Planète, que j’aime appeler avec beaucoup d’autres : le VIVANT. Or, c’est reconnu que la DOUCEUR ou si vous préférez la non-violence est souvent considérée comme un attribut FÉMININ … et DIVIN.
    Le Site «Terre sacrée – spiritualités et écologie» offre un cours dont le sujet est résumé ainsi :

    «Le principe féminin du divin
    Le sage Sri Aurobindo a dit à la fin de sa vie : «S’il y a un avenir, il portera une couronne façonnée par le principe féminin. » En d’autres mots, la survie de l’espèce humaine dépend d’une compréhension profonde et dynamique de la dimension féminine du divin, plus particulièrement de la Mère, et de la mise en pratique de cette compréhension dans nos vies. Exploration du principe féminin du divin dans les traditions chrétienne et orientale et plus particulièrement dans la théologie écoféministe chrétienne actuelle.»

    Si la Terre est sacrée, si la VIE, dans toute ses dimensions, est sacrée, comment tolérer la violence … même celle qui nous est présentée sous les traits du bonheur, du plaisir, de l’avancement?

  3. «Farshad Mohammadi craignait de mourir en Iran. Il est mort dans le métro de Montréal. Ce pourrait n’être que triste. Mais c’est aussi scandaleux.» Voici la conclusion d’un article écrit sur l’événement «Farshad Mohammadi», sans-abri, atteint de graves problèmes psychiatriques, abattu par un policier dans le métro Bonaventure.
    Un petit exemple de toutes les tragédies et violences vécues dans une grande ville … Mais quand une personne est en cause, y a-t-il un geste qui puisse être indifférent ? Que dire des horreurs vécues à la grandeur du globe ?
    Il m’arrive d’étouffer en entendant certaines nouvelles … Haïti qui est encore plongée dans une misère indescriptible, deux ans après le séisme… Guantanamo, toujours ouvert … Toute la corruption qui entoure la vie économique et politique, ici et ailleurs … Le peu de respect avec lesquels on règle certaines questions de justice et de droit … L’ignorance fréquente de la personne dans les prises de décisions … etc.
    Comment garder un regard positif sur un monde où les sciences ne cessent de faire des progrès, un monde où les communications circulent à la vitesse de la lumière et où, par ailleurs, le fossé de la misère et de la violence se creuse sans arrêt ? Difficile à comprendre, difficile à accepter !
    Pourtant, je veux croire que le regard et la pensée des Sages sur cette Planète ont encore une influence positive sur l’agir des humains. Car il y a beaucoup de sages qui voient, dénoncent et s’engagent … aujourd’hui. Nous en connaissons tout près de nous : le Docteur Julien dans le quartier Hochelaga Maisonneuve, Montréal, pour ne nommer que lui. N’est-il pas parmi ceux qui dénoncent une forme de violence ? Il a d’ailleurs éveillé plusieurs gestes prophétiques. Magnifique, n’est-ce pas ?
    Jésus de Nazareth, le Maître de Sagesse, croyait en ce qu’il proclamait :
    «HEUREUX LES DOUX, LA TERRE DEVIENDRA LEUR HÉRITAGE » (Matthieu 5,4)

    Ces DOUX ne dominent pas, ils SERVENT AVEC COMPASSION ET AMOUR et créent la SOLIDARITÉ.
    Regardons autour de nous. Nous serons surpris d’en découvrir plusieurs de ces DOUX. Ils ne font pas de bruit mais avec la douceur et la force de la marée, ils font grandir tout doucement l’espace où les personnes peuvent avoir une identité et une dignité.

  4. MON VOEU POUR 2012
    Invitation à mon avis à regarder les résistances en moi qui m’empêchent de vivre les béatitudes de mon frère Jésus. Invitation à demander à l’Esprit Saint de m’aider à changer mes pensées de peurs, de culpabilité, de voir en mes frères et en moi même non la petitesse humaine. Si nous croyons que nous sommes tous Création de Dieu, comment donc ne pas croire que l’Amour à vaincue l’Ego. Nous avons été créés dans l’Amour. Accepter où j’en suis présentement, sans jugement, tout en continuant de travailler à regarder mes pensées et laisser l’Esprit en moi poser des gestes et des regards et des pensées de paix et d’amour. Oui je crois que ce que Dieu à créé est bon et au plan humain, il y a beaucoup de bien qui se fait. Il y a une chanson que j’ai appris à 12 ans et que je chante souvent:
     » Tout au long de ma vie, j’irai vers le Seigneur sur la grand’ route du Bonheur. Il m’a dit mon amie, je te prends par la main ; nous marcherons tout les deux sur le chemin.  » A mon avis,nous ne sommes pas seul sur le chemin. On pourrait être tenté de choisir de se déprimer, de se décourager devant nos misères humaines mais cela n’est pas la voix de l’Esprit. A mon avis, le défis devant tout ce qui m’apparaît être à l’extérieur n’est qu’un appel à se retourner vers l’intérieur pour se rappeler qui nous sommes réellement . Sur la grand route du Bonheur, le Seigneur vient toujours vers moi. Bonne Année 2012 !

  5. Lise nous parle de «béatitudes» …
    Y a-t-il soif plus grande chez l’être humain que celle du BONHEUR ? Qui ne veut pas être bienheureux, très heureux, heureuse ?
    Ce matin, j’entendais aux nouvelles qu’un motel dans lequel logeaient plusieurs personnes démunies, avait été touché par un incendie … L’extrême désarroi de ces personnes qui ont perdu leur petit avoir et leur logement à prix modique devrait nous toucher et nous questionner sérieusement.
    Vous serez peut-être tentés de me dire : «La misère attire la misère!» Il reste que ces personnes sont mes semblables.Elles ne sont pas d’une race à part. Elles ont droit comme moi que leurs besoins fondamentaux, dont la sécurité, soient pris en cause.

    Mon voeu pour 2012 : que tout ce qui touche la prise-en-charge mutuelle dans les grands centres en particulier, soient mieux organiser, plus «humanisante» … Autrement, quant à moi, il y a là une forme de violence, ne croyez-vous pas ?

  6. «Apprendre à vivre c’est apprendre à se recevoir soi-même comme une générosité divine … » C’était un des voeux de notre frère André Beauchamp. C’est sans doute la porte pour aller dans le sens de la non-violence. Si je me reçois moi-même, cela veut dire que rien ne m’appartient, que tout ce qui est bon en moi m’est offert. OFFERT et non imposé, par ailleurs. La source du bien m’habite mais j’ai à l’accueillir et la laisser se déployer en moi.
    Il en va ainsi avec la non-violence …

    Maintenant quand je dis NON-VIOLENCE, est-ce que je dis nécessairement DOUCEUR ??
    Eh!bien je ne crois pas ! Parce que la douceur n’est pas simplement une absence de violence. Ce serait très passif et volontariste … Je peux m’abstenir sans AGIR comme un être habité par la douceur.
    Devenir DOUX, demande un engagement, une manière d’être et d’agir qui n’est pas très naturelle ou facile. Peut-être y a-t-il des personnes dont le tempérament facilite cette attitude et manière d’être. Mais encore là je crois qu’être DOUX, est une DÉCISION, un CHOIX.
    Comment puis-je entrer dans cette décision ? Comment aujourd’hui puis-je être douce ?

    + En étant HUMAINE. En faisant taire les jugements rapides, en évitant de m’enfermer dans des préjugés, en demeurant ouverte et accueillante …
    + En me laisser envahir dans un temps de recueillement par la douceur de Jésus … cette douceur qui lui a permis de prendre la parole fermement dans des situations d’injustice.
    + En me prononçant moi-même en faveur de la justice avec compassion et bienveillance. ……..

    Je m’arrête là. J’aurais une très grande joie, si d’autres personnes continuaient cette énumération. Comment choisir d’être DOUX, DOUCE dans le quotidien ???

  7. Je viens de relire les interventions de ce Blog de la Nouvelle Année. Leur pertinence me rejoint et m’interpelle, surtout la dernière question de Lucille. Comment être douce dans le quotidien, c’està-dire dans cet espace de vie qui est mien mais dans lequel la violence fait parfois irruption sous une forme ou une autre. Comment gérer celle que je porte en moi (car il ne faut pas se faire d’illusion) et celle qui me vient des autres? Je me souviens qu’en Iran j’ai été interpellée dans un taxi public par une femme qui m’a demandé d’une façon un peu agressive (nous étions après la révolution de 1979): « Êtes-vous allée voir le Shah (Roi)pour lui parler des injustices de son régime? » – « Non, lui ais-je répondu calmement, mais dans mon milieu (j’étais Directrice d’une petite école de Garde-malades auxiliaires) j’ai essayé qu’il y ait de la justice ». Je n’avais pas il est vrai mes entrées auprès du Shah mais, dans l’Iran pré-révolutionnaire, je côtoyais chaque jour des personnes à qui je pouvais par un sourire, une attitude d’accueil et d’écoute apporter un peu de réconfort.

  8. Voici un conte de Luzes de Aruanda qui n’est pas sans lien avec la DOUCEUR … Merci à l’amie qui me l’a partagé !

    «Un maître de l’Orient a vu un scorpion se noyer et décida de le tirer de l’eau, et lorsqu’il le fit, le scorpion le piqua.
    Par l’effet de la douleur, le maître lâcha l’animal qui de nouveau tomba à l’eau en train de se noyer.
    Le maître tenta de le tirer nouvellement et l’animal le piqua encore.

    Quelqu’un qui était en train d’observer se rapprocha du maître et lui dit :
    – Excusez-moi, mais vous êtes têtu! Ne comprenez vous pas que à chaque fois que vous tenteriez de le tirer de l’eau il va vous piquer ?
    Le maître répondit:
    – La nature du scorpion est de piquer, et cela ne va pas changer la mienne qui est d’aider.

    Alors, à l’aide d’une feuille, le maître tira le scorpion de l’eau et sauva sa vie et continua:
    – Ne change pas ta nature si quelqu’un te fait mal; prends juste des précautions.

    Les uns poursuivent le bonheur, les autres le créent.
    Quand la vie te présente mille raisons de pleurer, montre-lui que tu as mille raisons pour sourire.

    Préoccupe-toi plus de ta conscience que de ta réputation.
    Parce que ta conscience est ce que tu es, et ta réputation c’est ce que les autres pensent de toi…
    Et ce que les autres pensent de toi…c’est leur problème.»

    La violence n’est jamais une solution … «Ne change pas ta nature si quelqu’un te fait mal. Prends juste des précautions.» J’ai trouvé suave cette réflexion entre autres … Prendre des précautions pour ne pas provoquer une chaîne de violence. Il me semble que cela en vaut la peine ! Parfois une personne est tellement souffrante que même le geste bon l’exaspère. Cela nécessite certainement beaucoup de détachement, de discernement pour ne pas réagir en se disant : «Eh! bien tant pis pour elle …» et d’abandonner la partie. Et pourtant, il vaut la peine de dépasser la réaction «scorpion» pour que l’amour ait raison et dénoue la chaîne de la violence …

  9. Marc Vella a déjà inspiré une de nos réflexions dans ce Blog. Je vous reviens ce matin avec une citation qui est liée à notre thématique actuelle, par le biais de la DOUCEUR …

    «Beaucoup de personnes passent à côté du bonheur, dit Marc Vella, par manque de douceur avec elles-mêmes et avec les autres. L’immensité est au rendez-vous quand on ose, MAIS CONDUISONS-NOUS DÉLICATEMENT.»

    Cet aspect de la douceur exige de nous de savoir
    temporiser, nuancer, de développer une saine tolérance face à la différence mais aussi face à nos limites personnelles … On peut davantage parler de DEVENIR DOUX que d’«être» doux, telle une attitude qu’on pourrait entièrement posséder. «Devenir» est plus humble mais aussi plus humain … Tout chez-nous est en devenir. Dieu, Lui-Même, ne se révèle que progressivement à nous !

  10. La douceur: simplement à prononcer ce mot nous sentons déjà le bien-être et l’harmonie que sa pratique nous apporte. J’ai d’ailleurs vérifié son appellation dans d’autres langues. L’anglais nous parle de « sweetness », de « softness », l’italien de « dolcézza » et de « suavità » et le persan emploi pour la décrire l’adjectif « shirin ».

    En feuilletant le dernier livre de notre consoeur Claire Dumont « Contempler la douceur de Dieu », j’ai trouvé ce passage qui vient enrichir notre réflexion: « Il n’y a pas d’amour sans douceur. Indispensable à toute relation humaine, elle invite au calme, à la pondération, à la modération. Elle suppose des capacités de recommencement, de tolérance, de compassion, de fermeté et d’écoute ».
    Devant cette description et celle plus haut de Marc Vella, il me prend le goût de m’écrier comme dans une des pièces de Molière: « Ah!Que ces choses-là sont bien dites! »

  11. « Jésus, guéris-moi de la violence tapie en moi : la bête. Humanise-moi selon tes Béatitudes. » Cette invocation impressionnante du Fr. Christophe, moine de Tibhirine, me ramène à l’évangile de dimanche dernier qui nous présente un Jésus dont la force tranquille impressionne les concitoyens. Il fait autorité par son authenticité,son humanité profonde, sa douce fermeté.
    «Mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur et vous trouverez soulagement pour vos âmes.» (Matt 11, 29) La paix est donc une composante de la douceur, et vive versa … Un auteur, Pierre Breeman, dit d’ailleurs que la «douceur» décrit bien l’ENSEMBLE de la physionomie de Jésus, l’ensemble de ce qui caractérisait sa personnalité. Pour nous, il en ressort que la véritable douceur est indissociable de cet AMOUR qui jaillit du cœur de Dieu …
    La véritable douceur est, je crois, une décision qui jaillit de l’Amour, de cet AMOUR qui nous est donné en Jésus … Un sage contemporain, Arnaud Desjardins affirme : «L’amour véritable est un état d’être stable» … «plus vous êtes établis dans l’amour, plus vous êtes heureux»… N’entendons-nous pas le désir de Jésus de nous voir demeurer dans l’amour, en «état d’amour»(1): «Celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu et Dieu demeure en lui» (St Jean) L’Amour est premier et nous établit progressivement dans une stabilité qui pacifie et réjouit. Entre autres, ses fruits, nous dit St Paul, sont la paix et la douceur.
    Quel magnifique cadeau ce serait si, comme êtres humains nous mettions notre foi en ses Paroles de vie et devenions des êtres de paix et de douceur. Imaginez demain sur notre Planète ! C’est pourtant notre DEVENIR !
    (1) L’expression est d’Arnaud Descjardins, dans «La Paix Toujours Présente», 2011

  12. Demain, 2 février 2012, c’est un grand jour pour les Filles de la Sagesse du monde entier !
    Ici, j’ose une indiscrétion : Lucille, responsable du Blog de la Sagesse, fête ses NOCES DE DIAMANT !
    Je suis fière de souligner ce 60e anniversaire de Profession religieuse de Sœur Lucille Deschênes, Fille de la Sagesse !
    Et comme on le dit sur Facebook: Louiselle, Pierre, Lise, Emmanuel, Claire, Marielle, Gabrielle, Brigitte, Suzanne, Jocelyne, Josiane, Hélène, Josée , Madeleine et environ 200 personnes aiment ça !

  13. Heureux jubilé Lucille! Ma prière t’accompagne en ce beau jour de ton anniversaire! Merci de tout ce que tu es et fais pour la province et la Congrégation! Je te suis bien unie même de loin!

    Anne-Marie à Rome!

  14. En ce jour de Jubilé, chère Lucille, je viens te présenter mes vives félicitations! Merci pour ce que tu as donné et que tu continues de nous apporter en spiritualité et dans la vie; merci pour ta générosité et ta gentillesse, merci pour ce que tu es; que Jésus, Sagesse Éternelle et Incarnée, veille sur toi!

    J’en profite pour souhaiter une bonne fête à toutes les Filles de la Sagesse en cette journée de vie consacrée.

  15. Heureux Jubilé Lucille. 60 ans de vie religieuse et toujours active et productive sans compter ta peine. Toute ma reconnaissance pour ce beau travail si inspirant pour chacun et chacune. Tu es une femme bien spoéciale! Félicitations! Puissions-nous te garder ainsi bien longtemps encore.
    Rachel Labonté

  16. Heureux Jubilé de Diamant, Chère Lucille !
    60 ans de fidélité à Jésus Sagesse !

    En marchant dans le parc cet après-midi il y avait un magnifique phénomène Lumineux: Un reflet du soleil dans les nuages blancs donnait l’apparence d’un deuxième Soleil à gauche.

    Ce que tu nous donne est à l’image de ce moment de Beauté.

    Bonne Santé et Longue vie

    Mario

  17. Chère Lucille,

    À ta naissance, tu étais déjà un trésor pour tes parents. En grandissant, tu es devenue un bijou précieux pour tes consoeurs de classe, puis de couvent. Tes longues années de vie consacrée, de prière et de service, d’écoute et de leadership, d’écriture et de prise de parole, ont fait de toi un diamant dont nous n’avons pas fini d’apprécier les multiples facettes.
    FÉLICITATIONS ET AMITIÉ,

    Pauline et André Defoy

  18. Madeleine m’a joué un tour en dévoilant sur le Site l’événement que je vis cette année : un jubilé de diamant – 60 ans de vie consacrée à la suite de Christ Sagesse ! C’est un geste qui tourne en ma faveur puisqu’à tous ceux et celles qui m’avaient déjà offert des voeux, se sont ajoutés les blogueurs : Anne-Marie, Marie Angèle, Rachel, Mario, André et Madeleine bien sûr ! Je me sens submergée de tendresse et d’amitié … Merci à chacun-e de vous pour votre présence chaleureuse et réconfortante. Je partage volontiers avec vous les clins d’yeux de la Sagesse en cette occasion : grâces de toutes sortes et nouvel élan sur la route qui me conduit au coeur du Mystère de l’Amour — à découvrir toujours plus. Merci infiniment !

Les commentaires sont clos.